Etes-vous un petit soldat ? Quelle est votre personnalité ? Mieux se connaître, pour s’améliorer

petit soldat

Comment réagissez-vous face à la contrainte ?

 

En ce moment, je lis Ma vie en mieux de Gretchen Rubin, une auteure américaine spécialisée dans le développement personnel, dans lequel elle traite des habitudes.

Je suis tombée sur ce livre par hasard en me disant qu’apprendre à comprendre nos habitudes, et les ancrer profondément en nous pourrait m’aider à être plus productive, surtout en ce moment où j’ai un peu de mal à me donner à fond.

Figurez-vous que dans ce livre, elle dresse une typologies de personnes, du moins de personnalité en fonction de la manière dont celles-ci réagissent face à la contrainte.

En gros, selon la manière dont vous réagissez quand vous êtes contraint à faire quelque chose, vous avez un type de personnalité particulier, intéressant non ?

Selon elle, cette typologie révèle 4 profils de personnalités différents :

  • Le Petit Soldat

Celui-ci est assez facile à deviner. En effet, vous êtes un petit soldat si vous répondez avec volonté à toutes les attentes, que ce soit celles des autres qui viendraient vous demander quelque chose ou les vôtres si vous en ressentez le besoin.

En quelques mots donc le petit soldat est celui qui répond toujours présent, qui fait ce qu’on lui dit de faire, ce qu’il a à faire sans réfléchir ou poser de questions, il exécute les ordres qu’on lui donne et exécute les propres ordres qu’il se donne.

Or, ce qui peut être dérangeant pour eux c’est que les petits soldats ont donc du mal à dire « non » puisqu’il ont tendance à dire « oui » à tout et à tout le monde, or vous comprenez bien que ce qui risque d’arriver dans ce cas c’est que certaines personnes abusent de leur gentillesse et de leur disponibilité. De plus, les soldats aiment les règles et ne supportent pas le fait de les transgresser, et ce même si celles-ci sont parfois absurdes ils mettent un point d’honneur à les respecter, ils sont donc assez « rigides.

Ces personnes là ont donc besoin qu’on leur dise quoi faire et qu’on les aide à rester dans un cadre bien défini pour se sentir bien.

Etes-vous un petit soldat ?

  • Le pinailleur

 

 

 

Oulala, rien qu’à la lecture de ce terme vous vous dites probablement que les ennuis commencent…

Eh bah ce n’est pas entièrement faux, en effet le pinailleur n’hésite pas à dire non à ce qu’on lui demande s’il trouve cela déraisonné ou insensé, le pinailleur répond aux attentes des autres après réflexion, mais n’hésite pas à l’inverse à répondre aux siennes.

Les pinailleurs refusent les règles et normes si elles lui paraissent absurdes, ils suivent leurs propres règles et réagissent face à la contrainte selon leur propre système de valeur, s’ils considèrent que ça a du sens ils font ce que vous leur demandez, dans le cas contraire vous pouvez toujours courir.

Face aux pinailleurs il faut donc être convaincant et apporter des arguments, car même face à des experts ils n’hésitent pas à émettre des doutes.

Pour ma part, je me reconnais clairement dans cette catégorie, et je pense que les gens de m’ont entourage m’y reconnaîtront également, j’aime remettre les choses en question si je considère qu’elles ne sont pas logiques, je déteste les normes et je ne m’impose des habitudes si elles me paraissent vraiment utiles. Le soucis c’est que si je ne trouve pas de sens à ce que je fais il m’est impossible de me motiver.

Etes-vous aussi un pinailleur, également ?

  • L’oblatif

Le quoi ? Vous êtes un oblatif (et je vous rassure ce n’est pas un gros mot) si vous répondez sans problème aux attentes des autres mais que vous n’arrivez pas à répondre aux vôtres. En résumé les oblatifs disent oui aux autres avec plaisir mais rechignent voir n’arrivent pas à se dire « oui » à eux-mêmes. On peut donc considérer qu’ils se délaissent au profit des autres. Ils n’hésiteront pas à se donner corps et âmes dans une tâche que vous leur aurait confier mais n’arriveront pas à se motiver pour réaliser leurs projets personnels.

Les oblatifs ont besoin de savoir qu’on compte sur eux pour avancer, ils ont besoin d’être guidé, approuvé,de suivre un modèle. Ces derniers ne savent pas dire « non » , là encore une dérive est possible et on peut donc abuser de leur gentillesse.

Selon moi les gens de cette catégorie sont plus susceptibles de manquer de confiance en eux, dans la mesure où ils ont besoin d’être pris par la main et ont tendance à favoriser les autres à outrance en se laissant eux-mêmes et leurs envies de côté. Or, pour apprendre à s’aimer , gagner confiance en soi, il est important de prendre le temps de faire des choses pour soi, de se valoriser pour ne pas vivre qu’à travers le regard des autres. Attention ce n’est pas une tare, non plus hein , il faut simplement que les oblatifs fassent attention à ne pas s’oublier.

  • Le rebelle

Le mot d’ordre des rebelles est liberté, ils refusent la contrainte des autres et se refusent même les choses à eux-mêmes, en bref ils disent non à tout.

Ils n’aiment pas les règles, sauf quand il s’agit de les transgresser, ne supportent pas les normes et ne font que ce que leur volonté les invite à faire. Ils ont un esprit de contradiction et refusent de se plier aux règles et aux obligations, ils ont donc beaucoup de mal à mettre en place des habitudes car ils agissent comme ils le sentent. On ne peut donc pas leur reprocher de ne pas être en accord avec eux-mêmes 😉

Si vous êtes un rebelle faites simplement attention à ne pas dire « non » à tout par automatisme et donc laisser passer des opportunités uniquement par entêtement, car vous pourriez le regretter.

Alors, êtes-vous un rebelle ?

Maintenant que vous connaissez les différents profils et que vous avez pu vous identifier à l’un d’eux, l’idée est de mieux vous connaître pour ainsi vous améliorer. En effet, comme l’explique l’auteure dans son livre, se sont des dispositions que nous avons, nous ne changerons donc pas de profil au cours de notre vie, toutefois nous pouvons évoluer, et nous améliorer au contact de personnes d’autres profils et ainsi apprendre à agir différemment en cas de besoin face à la contrainte.

ATTENTION, il n’y a pas de bon ou de mauvais profil, chacun d’entre eux a ses qualités et ses défauts, mais n’oublions pas que c’est dans la diversité qu’est la richesse et que c’est grâce à nos différences que nous pouvons apprendre et évoluer positivement.
L’idée est encore une fois de mieux se connaître, mieux connaître les autres pour agir au mieux à l’avenir.

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le commenter, le partager et à aller plus loin en lisant  Ma vie en mieux de Gretchen Rubin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *