Suis-je le vilain petit canard de la famille ?

swan-1639154_1280

Si j’écris cet article aujourd’hui c’est à la suggestion d’un de mes lecteurs, en effet se sentir rejeté ou mis à l’écart par sa propre famille peut être très difficile à vivre et provoquer un profond manque de confiance en soi.

En effet, la famille est souvent le premier pilier de notre vie, nous avons par exemple, notre mère qui nous met au monde, notre père qui nous éduque, nos frères et soeurs avec lesquels nous grandissons. Or, lorsque l’on imagine une famille c’est bien souvent, unie, soudée et liée par un indéfectible lien d’amour, comme ça semble être le cas ici ( voir photo).

 

Mais bien souvent malheureusement ce n’est pas le cas, et il est possible qu’un des enfants de la fratrie se sente mal aimé, rejeté et joue le rôle du vilain petit canard. Vous savez ce fameux conte dans lequel le petit caneton est rejeté, brimé, violenté par les autres parce que différent ? Il arrive que des enfants se sentent comme lui au sein de leur famille et qu’ils grandissent avec en eux un sentiment dévalorisant à leur égard et une bien faible estime d’eux-même. En effet, si mes propres parents me rejettent comment les autres pourraient m’accepter ?

Qui ayant un frère ou une soeur, n’a jamais entendu ses parents dire  » ton frère ne m’a jamais parlé comme ça  » ou  » Lauriane , elle avait de meilleurs notes« , ces mots qui peuvent paraître anodins et sans double sens peuvent en vérité blesser profondément un enfant qui admiratif de la relation entretenue entre son ainé/cadet et ses parents pourrait prendre très mal cette comparaison.

Mais attention , je ne dis pas que les parents font des différences entre leurs enfants, même si malheureusement ça existe et c’est tellement triste que ça en est tabou, mais il arrive que des enfants choisissent de se mettre à l’écart ne  se sentant alors pas accepté par leur cercle familial ou trop différents.

Il est possible que ce soit votre cas si vous lisez ces lignes et il n y a pas de honte à avoir, il faut simplement comprendre d’où vous vient ce sentiment.

La comparaison

Il se peut que ce sentiment d’infériorité ou de rejet que vous éprouvez provienne en réalité du fait que vous vous compariez sans cesse aux autres personnes de la fratrie. En effet votre grand frère est peut-être plus complice avec votre père car il partagent ensemble la même passion, ou peut-être votre petite soeur est-elle une violoniste très douée malgré ces 12 ans tandis que vous à côté, ne savez pas en jouer par exemple.

Cela peut alors être une source de complexe pour vous et vous donner l’impression que vous n’êtes pas à votre place alors que personne ne vous rejette réellement, si ce n’est vous-même qui prenez de la distance.

La jalousie

Ce sentiment peut également provenir de la jalousie que vous éprouvez envers votre frère par exemple.En effet il se peut que vous ayez un besoin refoulé d’attention et que vous ne supportiez pas de partager vos parents ou alors le faut  qu’ils accordent davantage de tant à votre soeur par exemple au point d’en être jaloux. Jaloux jusqu’à penser qu’ils l’aiment plus qu’ils ne vous aiment vous.

 

 

Quoi qu’il en soit, que ce sentiment soit né de la comparaison ou de la jalousie, se sont des sentiments qui surviennent surtout à chaud et qui sont souvent emprunts d’émotion, il faut donc que vous preniez du recul sur les choses et que vous ne réagissiez pas avec trop de spontanéité en vous disant  » je suis moins bien », ou « ils m’aiment moins » mais plutôt que vous analysiez la situation.

Ici, je pars du principe qu’il est possible que vous vous soyez vous-même persuadé d’être le vilain petit canard de la famille, en vous mettant à l’écart , en capitulant en vous disant « puisqu’ils ne font pas attention à moi, je laisse la place aux autres… ».

Et donc ? Si l’on éprouve ce sentiment que doit-on faire ?

La première chose à faire est de COMMUNIQUER.

Parlez-en à des personnes neutres

Parlez-en pour mettre des mots sur ce que vous éprouvez et essayez avec l’aide d’une personne neutre de voir les choses d’un autre oeil et de manière objective. De même cela vous fera probablement du bien, car il se peut que vous éprouviez une certaine honte , et il n’y  a pas de raison à ça , car nous avons tous nos blessures et inquiétudes et qu’y a-t-il de plus normal que de chercher à être aimé de ses parents ?

Parlez-en à vos parents

Attention, mettez-y les formes car il se peut que vous ayez ce sentiment et que vos parents ne se soient jamais rendu compte de cela et donc qu’ils prennent très mal le fait que vous puissiez leur dire  » vous préférez untel ». Le plus simple est donc selon moi de leur faire comprendre que vous aimeriez passer davantage de temps avec eux, que vous avez besoin de savoir qu’ils sont fiers de vous.

La manière la moins brutale de le faire je pense est de leur écrire une petite lettre, et d’y coucher vos ressentis, ils se rendront alors plus facilement compte que cela vous tient beaucoup à coeur et feront peut-être des efforts pour que vous vous sentiez intégré.

Prenez de la distance

Si après avoir communiqué  avec eux votre mal-être, les choses ne s’améliorent pas c’est peut-être parce qu’il est trop profond et que le foyer familial vous est devenu insupportable. Dans ce cas,  prendre vos distances améliorera probablement vos relations avec vos parents, dans la mesure où vous les verrez moins souvent, le manque fera probablement que vous serez très heureux de vous revoir occasionnellement.

Quoi qu’il en soit il faut que vous fassiez un travail sur vous-même pour comprendre pourquoi vous éprouvez ces sentiments et rappelez-vous d’une chose, vous avez vous-même de la valeur, une valeur que personne d’autre n’a parce que vous êtes unique, ne vous comparez pas aux autres et soyez fiers de vos différences, elles seront probablement un jour votre force ! En effet, à la fin du conte, le vilain petit canard ne devient-il pas un magnifique cygne ? 😉

 

2 réflexions au sujet de « Suis-je le vilain petit canard de la famille ? »

  1. Merci pour cet article, je pense ne pas être la seule à vivre cette situation. Mais c’est vrai que la discussion est la meilleure des thérapies. Je vais peut être écrire une lettre ou un mail pour exprimer tout ce que je ressens rellement ! ♡

    1. Coucou Juliette 🙂 Je suis certaine que tu n’es pas la seule dans cette situation, ce qui est important effectivement maintenant c’est d’en parler ouvertement avec ta famille, de mettre des mots sur tes maux ! Courage ma belle <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *